SHV/FSVL
Menu

Regio West

Latest News

Cadre romand du 1 mai 2022

44 km au Gurnigel

Fabrice Thiébaud, 9. May 2022
Par Roger) Comme le transport du "SLC" était déjà organisé, la Regio West, le Jura et BeO ont décidé de s'entraîner ensemble au Gurnigel. La journée s'est déroulée un peu mieux que prévu, si bien qu'il n'y a pas eu de cellules de pluie sur le radar. La bise était toutefois bien perceptible et a nettement décalé et déchiré les thermiques. C'est cependant une journée d'entraînement parfaite pour voler contre le vent ! Comme la base se trouvait à 2000 m d'altitude, nous avons opté pour une tâche exigeante de 44 km. Un groupe avec Roschi a changé d'exercice après le premier TP qui consistait à réaliser un Toplandig sur le Gurnigel ainsi qu'un entraînement individuel selon les besoins de ce groupe. Le passage clé de la manche était la "Wasserscheide" , que beaucoup n'avaient pas réussi à franchir lors du dernier entraînement. Beaucoup l'avait cette fois-ci maîtrisé. La ligne sûre pour atteindre la Wasserscheide consistait à entrer et à sortir par le côté amont, comme l'avait démontré Peter Hürlimann. La ligne plus rapide avait volé Fabrice. Celle-ci comportait plus de risques et nécessitait probablement toute la performance de la voile CCC. => Surtout parce que le Gurnigel était entièrement à l'ombre et que le soleil n'est réapparu qu'à Wattenwil ! Les éléments clés étaient le TP ouest avant l'ESS et, de manière générale, la progression contre la bise jusqu'à Riggisberg. Ici, nous avions vécu en direct ce quétait autrefois d'avancer avec des finesses de de 3 à 7.... Ce fut un combat acharné, certains sont passés par l'arrière de ce TP occidental et ont atterri dans le Rüti, car l'effet de bise en direction de Riggisberg fait que l'air est descendant ;) Une bonne décision a été de voler avant la crête de soaring Gibelegg près de Riggisberg et d'y attendre la liaison thermique. Malheureusement, lors de notre approche, une grande partie était à l'ombre pendant un certain temps, ce qui m'a fait perdre patience et a poussé certains à voler directement vers le but. Aujourd'hui, le peu de personnes au but n'a pas été si tragique, car nous avons fait quelques rotation de récup et nous nous sommes presque tous retrouvés sur ma terrasse pour un débriefing en bonne et due forme. La joie était grande d'être aussi nombreux malgré les prévisions météo plutôt pessimistes. Tous ont été récompensés par de superbes conditions d'entraînement et une boisson rafraîchissante au goal. Enfin, quatre pilotes ont fini la mache. Andy Marks a prouvé que la patience et la persévérance peuvent être payantes ! Félicitations à : 1 Fabrice Thiébaud (Adrian Hachen ) n'a pas passé le goal et a continué à voler. 2 Hans Strahm 3 Andy Marks A se rappeler : - Terminer une manche, quelle que soit la vitesse, devrait être la priorité absolue pour tous ceux qui volent la première et la deuxième année de Comp. - Les passages de vent de face avec une réserve d'altitude supérieure à la moyenne ou voler si possible en groupe. - Les crêtes de soaring sont des endroits d'attente parfaits jusqu'à ce que l'ombre se dissipe. - Face au vent, les flancs exposés au courant portent même dans les grandes zones d'ombre. - Lors d'un entraînement, il est préférable d'interrompre consciemment une manche et de se fixer un nouvel objectif, par exemple de renoncer à un but et à un TP ou d'atterrir dans un endroit sûr, plutôt que de se retrouver bloqué au milieu de nulle part, par exemple par un vent plus fort ou des ombres. - En compétition, conserve ta responsabilité personnelle et ton auto-évaluation. Roger
3ème entraînement du Cadre Romand Wispiele/Moléson

Entraînement du cadre romand : Un Moléson dans les nuages

Fabrice Thiébaud, 26. June 2021
Le samedi 26 juin, nous nous sommes donné rendez-vous au Moléson pour un vol du cadre romand. Les prévisions météo de la veille nous laissaient espérer une journée intéressante, tout en sachant que les conditions ne seraient pas faciles. Selon différents modèles, le plafond serait vers 3000m à Wispile contre seulement 2000-2200m au Moléson. Celui-ci monterait aux alentours des 2400m vers 11h30. Comme la région gruyérienne prévoyait plus d’instabilité, nous nous sommes décidés pour le Moléson. Lorsque nous sommes arrivés au sommet, nous avons constaté que la base des nuages était bien plus basse que prévue. Vers 11h30, les nuages crochaient dès 1600m sans réellement monter au courant de la journée. Nous sommes restés optimistes mais avons tout de même réduit la manche en zigzag de 80 à 60km. Nous savions que si nous arrivions à décoller entre les nuages, il nous serait probablement possible de nous accrocher sur les pentes de Grandvillard. Le départ a été assez chaotique, chacun décollant entre deux nuages. A la radio, nous avons informé que les balises de start n’était pas nécessaire et que la manche reprendrait à Grandvillard. Au final, le plafond n’est jamais monté au-dessus de 1700m. Nicolas et Laurent étaient les seuls à réussir à basculer sur Charmey. Alors que Laurent est juste arrivé à revenir sur Grandvillard, Nicolas a littéralement réveillé son âme de guerrier. Il s’est battu jusqu’à 19h00 et est même parvenu à faire la balise de la Berra qui semblait pourtant impossible avec cette hauteur de nuage. Bravo à lui . Bien que le vol n’ait pas été celui que nous avions espéré, nous avons passé un excellent moment. Nous nous sommes retrouvés au terrain d’atterrissage de Grandvillard où les Championnats Suisses de Delta avait lieu. L’ambiance était formidable et nous avons profités d’(une…) bonne(s) bière(s) et des saucisses. Fait intéressant quant à la météo : Comme le plafond est resté très bas sur la région de la Gruyère, le vent de vallée s’est renforcé, compressé par le plafond bas. Dans le Pays-d’en-Haut, le plafond bien plus haut (2600m env) a créé un appel d’air important dans la vallée de l’Intyamon. Dans les journées normales, le Pays-d’en-Haut est également alimenté en air par les cols du Gros-Mont et vallées parallèles. Comme le plafond très bas bloque ce passage, le vent de vallée a été renforcé. Fabrice
1er entraînement du cadre romand 2021

1ier entraînement du cadre romand 2020

Fabrice Thiébaud, 3. March 2021
Rédaction : E. Emery Rendez-vous à Chalais pour ce premier entraînement de la saison 2021. Les prévisions annoncent une journée stable, néanmoins deux groupes de cinq et un groupe de trois décident de tout de même tenter de boucler une task encore non-définie. Le déroulement de la manche se précise à l'arrivée du téléphérique où Lolo, le local, nous explique comment il verrait le parcours au vu des conditions de la journée : - Une balise un peu avant Evolène - Une balise à Zinal - Une balise à Chandolin - Goal à Chalais Il n'en a pas fallu plus à Emmanuelle pour suivre cette proposition et valider le parcours, bien que Laurent Borella nous ait proposé en Verco-Verbier retour. A 13h30, heure du start, Olivier, Sergey et Nelson prennent la tête jusqu'à Nax où ils sont rapidement rejoints par le reste de la grappe. S'ensuit une bataille jusqu’à la première balise où se trouve « LA » décision stratégique de la manche : soit taper la première balise puis revenir tout de suite par le Crêt-du-Midi, soit espérer trouver une thermique montant suffisamment haut pour transiter par-dessus le pas de lona afin de rejoindre Zinal. C’est finalement la première stratégie qui s’est avérée payante car une inversion à 2700m empêchant tout passage au-dessus de cette altitude. Pourtant, seul Olivier choisit cette option au bon moment, ce qui lui laisse un avantage qu’il conservera jusqu’à la fin de la manche. Le retour sur Zinal par les Crêts du Midi est facile au-dessus de 1700m, En dessous, il faut plus travailler pour remonter. Denis en a d’ailleurs fait les frais et s’est vaché à Vissoie. La dernière balise est facile, il suffit de longer les faces ouest depuis Zinal et, comme par magie, la finesse se fait infinie. Une fois le dernier turn point validé, les pilotes mettent plein barreau sur le goal, situé 1500 mètres en contrebas dans une magnifique fin d’après-midi valaisanne. Pas mal pour une journée stable ! Ce fut une task bien sympathique. Elle a aussi permis de se rendre compte de tous les détails à régler pour la prochaine (gps pas chargé, vario défectueux, radio...) qui s’annonce encore meilleure !